EDITORIAL DU JOURNAL N°2

 (Compte-rendu de la rencontre à bâtons rompus avec M. Hugue, Proviseur de la Cité Baudelaire, Mme Dupuys Principale adjointe, et M. Mogalia Proviseur adjoint.)

L’adjectif qui qualifie le mieux cette rentrée est «sereine».

L’accueil et l’intégration des 1 100 élèves de la Cité Baudelaire se sont déroulés en toute quiétude. Il en a été de même pour la mise en place des emplois du temps dans le respect du meilleur équilibre possible, tant pour les élèves que pour leurs enseignants. Un bon alignement des cours de langues a été atteint afin d’assurer, en groupes plus restreints, une meilleure pratique des langues par une prise de parole facilitée.

La mise en place des nouveaux règlements vise à poursuivre la réduction du taux d’absentéisme et à assurer le calme nécessaire au bon fonctionnement de la Cité.

Côté Lycée, de nombreux projets sont encore à l’ordre du jour en 2013-2014 : l’ouverture d’une section internationale et le retour de l’enseignement du grec ancien; « les comportements à risques» feront l’objet d’interventions menées tant par les infirmières de la Cité que par des associations et organismes de santé sur des thèmes tels que les addictions et les risques sexuels. Des voyages aux USA, en Grande Bretagne et en Macédoine sont prévus.

Le Collège n’est pas en reste avec notamment la proposition du passage au mercredi à la rentrée 2014, et des actions de sensibilisation à la sécurité dans les déplacements quotidiens. Les délégués de classe visiteront l’Assemblée Nationale en récompense de leur investissement; sont en préparation également des voyages en Angleterre pour les 3èmes euro, en Espagne pour les 3èmes hispanisantes et en Allemagne pour les germanistes de 4ème . L’enseignement du néerlandais dès la 6ème est à l’étude. La collaboration avec le Conservatoire a été renforcée, notamment pour les 6èmes «musiciens» par l’aménagement de leur emploi du temps en fin d’après-midi.

Rappelons aussi qu’il est toujours possible, pour que tous aient les mêmes chances de bénéficier de ces voyages, de solliciter l’aide de fonds sociaux.

Enfin les « PORTES OUVERTES » de la Cité Baudelaire auront lieu le samedi 15 mars 2014 !

Cette dynamique de projets au sein de la Cité Baudelaire ne peut s’épanouir que s’il existe un partenariat actif et étroit avec les associations de parents d’élèves.

C’est pourquoi pour le bien-être de votre enfant les parents de l’APE Baudelaire vous invitent à les rejoindre et à vous investir dans cette dynamique.

 

 

 

INTERVIEW de M. WDOWIAK CONSEILLER D’ORIENTATION AU LYCÉE BAUDELAIRE

 

> Comment procèdez-vous au sein de cet établissement? : «Je privilégie les rendez-vous avec les élèves qui me contactent spontanément ou par le biais de leurs professeurs principaux afin de les aider dans leur choix d’orientation. Je suis aussi disponible, à titre exceptionnel, en dehors des créneaux officiels, pour les parents qui le désirent. On trouve aussi sur le site de l’école, une rubrique «Orientation», consultable en ligne»

> Quel est votre rôle lors de ces rendez-vous? : «J’apprends à mieux connaître ces jeunes par le biais de questionnaires, d’études de leurs résultats et de dialogue. Cela me permet de mieux les suivre jusqu’en Terminale et d’intervenir lors des conseils de classe. Il existe tant de voies possibles même en dehors du cadre général proposé dans des lycées comme Baudelaire. A noter que des stages d’immersion dans le monde professionnel sont d’ailleurs envisageables dès la Seconde, ou pendant quelques jours en Terminale, après acceptation de l’autorisation d’absence»

> Conseiller est-ce aussi aider parfois à quitter Baudelaire ? : «Dans certains cas, s’obstiner à passer un BAC est une perte de temps, voire une voie de garage. Il existe d’autres filières plus spécialisées et en meilleure adéquation avec les aspirations et potentialités de l’élève.» Des stages-passerelles existent et permettent d’intégrer, dès la rentrée suivante, une première professionnelle (si avis favorable du Proviseur et en fonction des places). A Baudelaire, nous sommes particulièrement vigilants aux élèves qui montrent des signes de décrochage et nous essayons des les accompagner. Pour continuer d’avancer, nous aimerions proposer encore plus de prêt gratuit de brochures, et faire un appel aux parents pour que, bénévolement, ils puissent venir parler de leurs métiers.

ORIENTATION Faire un choix

Aider son enfant à choisir son projet d’orientation n’est pas toujours facile et ce dès la Seconde.

C’est une étape difficile pour la plupart des élèves en raison, notamment, des choix décisifs pour la scolarité qu’elle demande. De plus dialoguer sur ce sujet avec son adolescent est parfois loin d’être évident : soit parce qu’il sait trop bien ou pas assez ce qu’il veut faire plus tard… Sans compter que nous-mêmes sommes parfois « noyés » dans toutes les filières et nouveaux sigles comme STI2D, STL, STD2A, STMG, ST2S, STAV … dès la Première !

Notre ado doit aussi allier une bonne connaissance de soi à une information précise sur ce qui est attendu dans chaque type de formation.

C’est alors qu’un dialogue pluriel est nécessaire ! Avec son professeur principal, les conseillers d’orientation psychologues qui assurent des permanences (deux à Baudelaire !) et qui interviennent ensemble en classe de Seconde dans le cadre de la Vie scolaire.

Un projet d’orientation, c’est aussi donner un sens au monde qui entoure l’adolescent par la visite des salons et forums des métiers, mais aussi de chez soi, sur internet, par des guides, des tests (par exemple, sur les metiers.net/ test d’orientation ou www.prim-nordpasdecalais.fr) ou des présentations vidéos de métiers par des professionnels (sur www.onisep.fr).

Il est important que les jeunes, en dehors des fiches sur les métiers, entendent des témoignages !

L’ONISEP, en plus de sa librairie en ligne où l’on peut télécharger les guides nationaux des métiers et des filières, permet aussi d’accéder à un nouveau service gratuit d’accompagnement personnalisé qui aide par mail, chat ou téléphone à faire son choix d’orientation : http://www.monorientationenligne.fr/qr/index.php 

L’essentiel reste d’être motivé et « être motivé, c’est avoir envie de contribuer au monde mais il y a mille façons de le faire ! » nous rappelle Emmanuelle Reille-Baudrin, de l’Institut national d’étude du travail et d’orientation professionnelle.

> AU LYCÉE BAUDELAIRE (sur rendez-vous) :

– Mme REBOUL : Le jeudi de 8h30 à 12h00 et un vendredi sur deux de 13h30 à 16h30.

– M. WDOWIAK: Un lundi sur deux de 8h00 à 12h00, les mardi et mercredi de 08h00 à 12h00.

> AU C.I.O de TOURCOING, 2 rue Fidel Lehoucq, tél : 03 20 25 93 03 (sur rendez-vous) :

– Mme REBOUL : Le jeudi de 13h30 à 17h30.

– M. WDOWIAK : Le samedi de 09h00 à 12h00. 

À LA DÉCOUVERTE DE L’ANDALOUSIE

Cette année, le projet qui se met en place en espagnol s’intitule « A la découverte du monde arabo-andalou ». Sa finalité est de permettre aux élèves pratiquant l’espagnol depuis un ou deux ans de mettre en pratique cette langue, mais aussi de partir à la découverte d’une région emblématique du sud de l’Espagne : l’Andalousie à travers son histoire, sa civilisation et sa culture.

En effet, l’Andalousie fut tour à tour romaine, wisigothe, puis arabe et berbère durant plus de 8 siècles.

Les élèves de notre collège Baudelaire auront ainsi la chance de pouvoir découvrir les modes de vie et les coutumes espagnoles.

Ce splendide périple entre Cordoue, Grenade et Séville serait prévu sur cinq jours du lundi 12 mai 2014 au vendredi 16 mai 2014.

La restitution aux familles aurait lieu à la mi-juin avec notamment la présentation du film du voyage.

Il n’est pas exclu que la représentation de la pièce de théâtre «Carmen et Manolo» co-écrite et travaillée le mercredi matin de 10h à 12h dans le cadre du Club «théâtre espagnol» puisse avoir lieu avant le départ du voyage, ce qui permettrait de contribuer au financement du séjour et par conséquent à faire baisser son prix.

Aussi sachez que Mme Morel et M. Hennion réfléchissent à d’autres actions qui pourraient être menées tout au long de l’année afin que ce projet soit financièrement accessible à tous et soit surtout une réussite.

 

ÇA BOUGE À BAUDELAIRE

Cette année encore, l’APE, grâce au dynamisme des professeurs et des élèves de la Cité Baudelaire, a eu de nombreuses occasions de soutenir divers projets et sorties.

Côté Collège, nous avons été sollicités pour différents projets : l’échange franco-allemand pour 25 élèves et le voyage en Grande-Bretagne de 48 autres pour lesquels notre association a participé à hauteur de 12 euros par élève; les autres sorties subventionnées pour un montant de 4 euros par élève sont les visites de Triselec (99 élèves concernés), de la Ferme Dehaudt (172 élèves), la sortie au théâtre Le Colisée (25 élèves) en mai dernier et, en juin, celle à Bellewaerde.

Sans oublier le soutien financier au projet pédagogique de MM Vandenbroucke, Ferjani et Crombet de mini-entreprise avec les élèves volontaires de 3ème dans le cadre de l’option DP3 (Découverte Professionnelle 3 heures) comptant pour le brevet des collèges.

Son objectif : proposer des t-shirts pour lutter contre les discriminations et les regards négatifs sur certaines parties de la population.

Trois thèmes ont été retenus et illustrés : les relations intergénérationnelles (le regard porté par les adultes sur les jeunes), le handicap et les préférences sexuelles par le biais de dessins humoristiques. Ce projet a remporté, en septembre 2 012, le « Challenge 30 heures » lors du Salon « Créer en Nord-Pas-de- Calais » à Lille Grand Palais. Le coût de fabrication s’est élevé à 400 euros. L’APE a effectué un don de 200 euros et un prêt de 200 euros à rembourser par l’entreprise d’élèves.

Côté Lycée, l’association a participé à l’échange avec Monchengladbach en Allemagne, le voyage en Grande –Bretagne de 49 élèves, les sorties Arras-Lewaerde, Paris, musée des Beaux Arts de Lille, visite du Vieux Lille et des musées en mai et juin derniers pour un ensemble de 196 élèves. En sus, a été octroyée une subvention à la « Baudelaire English Association » de Mme Pouillart qui a pour objectif de faire vivre la langue anglaise et la culture anglo-saxonne à travers différentes manifestations et divers projets de voyages.

Nous saluons d’ailleurs la parution des deux numéros du nouveau bimestriel « The Baudelaire Voice » et encourageons activement les différentes initiatives permettant de subventionner le voyage aux Etats Unis en 2014.

DE ROUBAIX À SHANGHAI

(article rédigé par Françoise Maugein, parent d’élève au Lycée français de Shangai, ancienne membre de l’APE Baudelaire)

Cela fait déjà quinze mois que nous avons quitté le Nord et Roubaix qui nous avaient si bien accueillis trois ans auparavant. Suite à une mutation professionnelle, nous vivons désormais en Chine à Shangai où tout y est si différent. Le départ vers Shanghai fut difficile pour des raisons de logistique bien sûr, mais aussi familiales.

Nous avions tissé des liens avec les roubaisiens, notamment par les associations nombreuses et dynamiques qui accompagnent les familles. Parmi elles, l’APE Baudelaire m’avait accueillie chaleureusement. Je reste toujours en lien avec l’association et continue de suivre avec attention l’évolution de la Cité Baudelaire, car pour moi cet établissement est vraiment emblématique.

Avoir des idées c’est bien, pouvoir les mettre en oeuvre c’est mieux quand l’objectif est de faire grandir ceux qui nous sont le plus chers et à qui nous avons donné la vie. L’école est et doit demeurer un lieu du savoir, mais aussi de bien d’autres apprentissages indispensables à nos futurs adultes.

Pour répondre à cet objectif, je retrouve au Lycée français de Shangai trois piliers fondamentaux rencontrés à Baudelaire : les moyens sont certes différents, mais les outils et initiatives qui marchent sans nécessiter de grands moyens sont toujours les mêmes, quelque soit le lieu.

1 – D’abord une communauté éducative solide avec des liens forts (professeurs, administratifs, parents).

Cela ne veut pas dire être toujours d’accord, mais au moins aller vers le même objectif et dans la même direction. Ici à Shangai, la place des parents est forte, et va bien au-delà de la participation aux instances et réunions classiques.

2 – Ensuite, donner du sens au savoir.

Concrètement à Shanghai, cela veut dire organiser dès le collège un « Salon des métiers » accessible et obligatoire pour tous les élèves à partir de la 4ème et la 3ème. Dans les faits, l’administration organise un salon le samedi matin où tous les parents qui ont envie de faire partager leur métier en parleront de manière adaptée.

Pour le lycée de la même manière, les écoles, IUT, universités, prépas et cursus post-Bac se présentent lors d’un forum, un samedi matin par exemple et surtout conjointement des anciens du lycée reviennent pour parler de leur vécu dans l’orientation choisie.

3- Donner des ailes au savoir.

Apprendre à ne pas négliger les langues étrangères ; car ici, on perçoit très vite les limites de « la langue des signes » des « étrangers » qui ne peuvent « allonger » une phrase en anglais ou en chinois. Favoriser concrètement les échanges linguistiques et la découverte du pays permet de comprendre l’intérêt d’apprendre la conjugaison, la grammaire, le vocabulaire pour communiquer. Et ceci quelque soit le métier que l’on choisira, que l’on décide de devenir pâtissier, financier, métallier, enseignant,…C’est la clef pour pouvoir exercer son métier partout dans le monde et voir le monde.

Le Lycée Baudelaire, quant à lui, bénéficie d’une bonne équipe éducative, les très bons résultats au baccalauréat l’attestent. Celle–ci ne peut que transmettre en plus du savoir, l’espérance de grandir et la possibilité d’évoluer vers d’autres espaces à force de travail et de patience (deux valeurs essentielles ici en Chine).

Je vous souhaite à tous de participer pleinement à la vie de la Cité Baudelaire à la mesure de vos moyens. Cet établissement est une chance pour vos enfants et si vous y participez, ils comprendront l’importance que vous donnez à leur éducation… et ça vaut tous les discours.