Collège : Nouvelle organisation du temps scolaire au Collège Baudelaire

Lors du Conseil d’administration du 24 juin 2014 du Collège Baudelaire, les membres du Conseil ont voté l’arrêt des cours du samedi matin. Les cours seront désormais assurés le mercredi matin.

Le Collège Baudelaire assure ainsi une continuité avec les rythmes scolaire mis en place par la Mairie de Roubaix dans les écoles primaires depuis septembre 2013 (pas de cours le samedi matin).

En complément, le service de restauration scolaire fonctionnera désormais le mercredi midi pour le Collège et le Lycée. La cantine sera par contre fermée le samedi midi.

 

Collège : Les aides du département du nord (Transports, Restauration)

Le Département du nord met en place des aides pour les collégiens en terme de transports scolaire et de restaurations.

Retrouvez ces informations dans le déroulé de cette article.

 

Transports Scolaires

Facile et rapide, l’inscription en ligne prend moins de cinq minutes.

La procédure d’inscription en ligne aux transports scolaires est ouverte aux élèves :

– domiciliés dans le département du Nord,
– réalisant une première demande dans un collège public ou privé. 

Cliquez sur ce lien pour faire votre demande : lien

Pour plus de renseignement, vous pouvez télécharger sur le site du département du Nord les documents suivants :

– Règlement de financement du transport des scolaires : lien

– Règlement d’organisation et de financement du transport des élèves en situation de handicap : lien

 

L’aide à la demi-pensio

Afin de permettre à chaque élève de bénéficier de la restauration scolaire pour prendre un repas équilibré, le Département apporte son soutien aux familles aux revenus modestes.

Cette aide est cumulable avec la bourse départementale et les aides de l’Etat dispensées aussi pour faire baisser le prix des repas.

Un enfant mangeant exceptionnellement bénéficie de l’aide dans les mêmes conditions qu’un enfant déjeunant régulièrement.

Un dépliant spécifique est mis à disposition des familles dans les collèges mais vous pouvez aussi télécharger ce guide pratique à l’usage des parents directement sur le site du département en cliquant sur ce lien

 

Politique : Le soutien de nos Elus lors de la manifestation du 14/06/2014

Retrouvez les extraits des discours de nos élus :

Déclaration de Monsieur Dominique Baert, Député-maire de la 8e circonscription du Nord

Déclaration de Madame Assya GUETTAF, Conseillère Régionale

Déclaration de Monsieur Guillaume DELBAR, Maire de Roubaix

 {youtube}552gcISmXo8|600|450|0{/youtube}

{youtube}rM0Pm1vq5N0|600|450|0{/youtube}

{youtube}rKNBVjwLMzw|600|450|0{/youtube}

 

Nord éclair : Roubaix : le rectorat veut-il vraiment «tuer» le lycée Baudelaire?

 

 

 

Le meilleur lycée public de Roubaix a le spleen. Une association de parents d’élèves appelle à une manifestation ce samedi matin devant l’établissement. Elle estime que le Rectorat favorise indirectement le privé en diminuant les effectifs du lycée.

Il devrait y avoir du monde ce samedi matin devant le lycée Baudelaire. L’association des parents d’élèves (APE) espère frapper un grand coup pour obliger le Rectorat à l’entendre. Motif de la grogne : le nombre d’élèves, qui ne cesse de baisser. L’an prochain, il devrait passer sous la barre des 500 élèves, ce qui a des implications en termes de nombre d’heures de cours, d’enseignants et de classes. Un cercle vicieux, qui selon l’APE, est issu de la « machine à perdre » élaborée par le Rectorat.

 

«  Ça se passe au moment des vœux des élèves de 3e. On en envoie de moins en moins à Baudelaire. Il y a eu jusqu’à 9 classes de secondes et il n’y en a plus que 6,5 aujourd’hui  », critique Philippe Petit, vice-président de l’APE en charge du collège, qui assure que le Rectorat renvoie délibérément des élèves vers les lycées Jean-Moulin et Van-der-Meersch. «  Sauf que beaucoup de parents ne veulent pas de ces deux lycées et mettent leurs enfants dans le privé. En croyant aider ces deux lycées, le Rectorat handicape Baudelaire et donne un coup de pouce au privé ! Nous, nous sommes attachés à l’école de la République !  », poursuit Pierre Ryckewaert, président de l’APE, qui réclame l’ouverture de deux classes de seconde supplémentaires. Pour éviter la réaction en chaîne : qui dit moins d’élèves en seconde, dit moins d’élèves en première et en terminale…

 

Les parents d’élèves estiment que Roubaix a besoin d’un lycée public « locomotive ». Baudelaire doit jouer ce rôle, selon eux. «  Comme il est catalogué comme favorisé, le lycée est un peu oublié. Et du coup, il tombe. Il a toujours l’image d’un bon lycée mais on perd pied progressivement. C’est comme ça qu’on organise le nivellement par le bas !  », s’agace Éric Goubet vice-président de l’APE en charge du lycée, qui martèle qu’il n’y a «  pas de fatalité à ce que les enfants des cadres moyens et supérieurs aillent tous à St-Rémi  ».

Cette crainte du déclin mobilisera-t-elle les parents ? Réponse ce samedi matin.

Le Rectorat, lui, n’a pas donné suite à nos sollicitations.

Retrouvez cet article (PAR BRUNO RENOUL) sur le site de Nord éclair en cliquant sur ce lien

France 3 : vidéo de l’action pour l’ouverture de deux classes au lycée Baudelaire

 

 

 

Parents, enseignants et élèves manifestaient devant la cité scolaire Baudelaire à Roubaix ce samedi 14 juin.

“Il existe une mixité sociale qui fonctionne dans ce lycée, il faut la maintenir”, explique Yveline Prouvost, professeur d’histoire-géographie et parent d’élèves. Eric Goubet, vice-président de l’association des parents d’élèves regrette lui que 80 élèves inscrits dans le lycée se voient refuser l’entrée, faute de professeurs, à Baudelaire et risque de se tourner vers le privé comme le montre ce reportage de Claire Chevalier et Sergio Rosenstrauch. 

En toile de fond, le passage sous la barre des 500 élèves et la diminution consécutive de postes de CPE ou d’infirmiers. Quelques élus étaient présents ce matin dont le premier magistrat de la ville, le maire (UMP) Guillaume Delbar. 

Retrouvez la vidéo de France 3 Nord – Pas de Calais :

{flv}FRANCE3-14062014{/flv}

Consultez l’article original sur le site de France 3 Nord- Pas de Calais : Lien

 

Article VDN : Roubaix : les parents d’élèves du lycée Baudelaire réclament l’ouverture de deux classes

 

 

 

 

Une soixantaine d’élèves et de parents se sont rassemblés hier devant le lycée Baudelaire. Ils dénoncent la baisse imposée des effectifs en seconde et réclament l’ouverture de deux classes supplémentaires. L’établissement aurait perdu pas moins de 200 élèves ces six dernières années.

 

Soixante chaises vides, soixante tables vierges, et un tableau portant un message inscrit au feutre d’une écriture très scolaire : « Baudelaire, après le spleen, ne se laisse pas gagner par le blues… »

Le blues n’est pourtant pas loin. Car cette fausse classe aménagée sur le trottoir, devant l’entrée de la cité scolaire, correspond à la place laissée vacante dans l’établissement. « Il y a de la place à Baudelaire ! On a la possibilité d’ouvrir deux classes supplémentaires. Mais le rectorat reste sourd à nos demandes ! », clame Éric Goubet, vide-président de l’association des parents d’élèves (APE).

« C’est Baudelaire ou le privé ! »

Face à lui, parents et élèves se sont mobilisés pour donner de la voix et se faire justement entendre des autorités académiques. Ils leur reprochent de filtrer les entrées au lycée, en seconde, ce qui diminue mécaniquement les effectifs de l’établissement, qui aurait perdu 200élèves en six ans. Laissant ainsi des salles vides ici et là…

« Mon fils est en 3e, il a fait tout son collège à Baudelaire, mais comme il est dans le secteur de Van-Der-Meersch, il n’est pas sûr d’être accepté ici. Il y a pourtant ses habitudes, ses amis ! », rouspète une maman. À ses côtés, une autre acquiesce : « La logique du rectorat est arbitraire, ça n’a rien de transparent, c’est presque occulte ! Quand je pense qu’à un moment on disait que la carte scolaire avait été supprimée… On voit bien que ce n’est pas le cas ! » Ironie de la situation, cette logique conduit aussi à gonfler les classes : « Ma fille est en 1ère L. Dans sa classe ils sont plus de 30 ! On ne peut pas travailler correctement dans ces conditions. »

Alors que le rectorat aimerait davantage de mixité sociale à Roubaix et ne pas envoyer les « bons » élèves qu’à Baudelaire, les parents interrogés hier l’admettent : « Dans l’esprit de beaucoup d’entre nous, c’est Baudelaire ou le privé ! », reconnaît un père de famille.

Ces parents, qui ont adressé une pétition au rectorat, ont reçu hier le soutien du maire de Roubaix, Guillaume Delbar, du député de la circonscription, Dominique Baert, et de la conseillère régionale Assya Guettaf, qui se sont tous trois engagés à plaider la cause du lycée auprès du recteur. « On comprend la logique du rectorat, mais la mixité sociale ne se décrète pas contre la volonté des parents, et on ne peut pas déshabiller Pierre pour habiller Paul ! », estime Assya Guettaf. Surtout si une fois Pierre déshabillé, Paul n’est pas plus vêtu qu’avant.

 

Le rectorat n’a pas souhaité donner suite à nos sollicitations.

Retrouvez l’article complet sur le site de la voix du nord en cliquant sur ce lien

 

Le SNES solidaire des parents d’élèves

Représentant à Baudelaire du syndicat national des enseignants du second degré (SNES), Miguel Da Mota partage l’inquiétude des parents. « 200 élèves en moins en six ans, c’est 28 % des effectifs en moins, c’est énorme ! », relève-t-il, en précisant que dans le même temps, les enseignants ont perdu 16postes.Le représentant syndical ne se positionne pas sur le sujet de la carte scolaire et du déséquilibre entre Baudelaire et les autres lycées de Roubaix, même s’il assure que « les autres lycées font du très bon travail » et ont souvent « un problème d’image » et surtout pas un mauvais enseignement. Simplement, il constate que le « système rigide du rectorat », qui selon lui « s’oppose à la volonté légitime des parents », ne profite pas aux autres lycées de Roubaix mais uniquement au privé.Ce qui pose d’après lui aussi un problème aux professeurs. « Avec la baisse des effectifs, on diminue le nombre d’heures d’enseignement, et donc des postes d’enseignants, mais on multiplie les heures supplémentaires. Ce n’est pas logique ! »Comme les parents, Miguel Da Mota demande des moyens supplémentaires. Et comme eux, il relève que « cela est refusé systématiquement ». B. R

PAR BRUNO RENOUL (TEXTE) ET LUDOVIC MAILLARD (PHOTOS)

 

MANIFESTATION : Ouvertures de 2 classes supplémentaires

Le Samedi 14 Juin à 10 heures TOUS devant le Lycée ! 

À ce jour dans notre établissement, le nombre d’enseignants ne cesse de diminuer et le nombre d’élèves par classe ne cesse d’augmenter. Nous voulons préserver la qualité de l’enseignement et les très bons résultats au BAC. 

 

Pour être efficace, notre Lycée doit retrouver une capacité d’accueil aux alentours des 600 élèves afin de retrouver des moyens minima. 

Fort de sa réputation, l’établissement a suffisamment de demandes d’inscription pour ouvrir 2 classes de seconde supplémentaires dès la rentrée de septembre. 

Le Rectorat, rencontré dès le mois de janvier, reste sourd à nos demandes ! 

Nous voulons donc par cette action alerter la population et se faire entendre du Rectorat en recréant symboliquement les 2 classes de seconde non accordées à ce jour. 

Soyons nombreux le Samedi 14 Juin à défendre l’accès à un service public de qualité pour Roubaix et les communes proches. 

Téléchargez et diffusez le tract