Citephilo à Baudelaire : report de la conférence d’Hourya Bentouhami-Molino  pour cause de grippe

Citephilo à Baudelaire : report de la conférence d’Hourya Bentouhami-Molino  pour cause de grippe
Hourya Bentouhami-Molino étant grippée, nous sommes malheureusement dans l’obligation de reporter la conférence qu’elle devait donner ce vendredi 19 janvier au Lycée Baudelaire. En liaison avec Citephilo et le Lycée Baudelaire, une nouvelle date va être fixée très rapidement la conférence d’Hourya Bentouhami aura lieu le vendredi 16 mars à 18h. 
Hourya Bentouhami-Molino, Citephilo et l’APE Baudelaire vous présentent toutes leurs excuses pour ce report.

Voeux de l’APE

L’APE s’associe aux  vœux formulés cette année par M. Hugue, proviseur, pour la cité scolaire :
“Saint Exupery disait « pour ce qui est de l’avenir, il ne s’agit pas de le prévoir mais de le rendre possible. Faisons donc de la cité scolaire Charles Baudelaire le collège et le lycée de tous les possibles. Que cette année soit porteuse d’espoir et de réussite pour l’avenir. Fonçons avec énergie et engagement pour donner toutes les chances à nos projets. »
Pour tous les parents qui participent activement aux actions de l’APE Baudelaire et qui nous soutiennent, depuis des années ou plus récemment, vous savez bien que ce sont cette philosophie et cette ligne de conduite que porte l’association, basées sur la réalisation concrète de projets, la résolution des problèmes et le dialogue. Le tout au service de l’éducation de nos enfants, de leur bien-être et de l’apprentissage de la vie dans la société telle qu’elle est.
Nos meilleurs vœux de réussite et santé pour l’année 2018 pour vous, votre famille et vos proches.

Citephilo à Baudelaire ce vendredi 19 janvier : rencontre avec la philosophe Hourya Bentouhami-Molino

Après la venue des cinéastes Arnaud Desplechin en 2016 et de Mehdi Charef en 2017, le Lycée Baudelaire a le plaisir d’accueillir cette année dans le cadre de Citephilo la philosophe Hourya Bentouhami-Molino ce vendredi 19 janvier à 18h. L’APE Baudelaire soutient évidemment cette initiative et apporte son total appui.
La rencontre aura pour thème « Le dépôt des armes. Non violence et désobéissance civile ». La rencontre est à l’initiative de Sophie Djigo, professeure agrégée de philosophie au Lycée Baudelaire.
Cette rencontre est évidemment ouverte aux parents, aux élèves, et à toutes les personnes extérieures à la communauté éducative intéressées par le thème de la conférence et le travail d’Hourya Bentouhami-Molino.
“Le dépôt des armes. Non violence et désobéissance civile »
Vendredi 19 janvier à 18h au Lycée Baudelaire à Roubaix
Hourya Bentouhami-Molino, philosophe, ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, maître de conférence en philosophie à l’Université Toulouse – Jean Jaurès
Les publications d’Hourya Bentouhami-Molino : Races cultures et identités. Ce que la postcolonialité fait aux identités, PUF, 2015; Le dépôt des armes. Non violence et désobéissance civile, PUF, 2015
Modération : Sophie Djigo, professeure agrégée de philosophie au Lycée Baudelaire à Roubaix, et Fatima Bigdade, professeure agrégée au Lycée Jean Moulin à Roubaix
Le thème : 
Suffragettes tenues pour des hystériques précipitant la « ruine de la Nation », Gandhi qualifié par la rumeur impériale de « fakir à moitié nu », Noirs et indigènes sommés de cesser de « faire les nègres » et de feindre la souffrance, mères de la place de Mai et Femmes en noir invitées à retourner à leur foyer, paysans indiens et « semeurs libres » criminalisés… : autant d’acteurs de la désobéissance civile qui tentent de résister à la violence à laquelle est soumise leur existence. C’est en raison de leur propre anti-violence qu’il y a quelque chose d’irréductiblement sauvage dans leur lutte, qui engage avant tout l’exposition des corps.
Questionner la désobéissance, c’est mettre en évidence ce qui, dans les antagonismes politiques, relève de l’organisation asymétrique des rapports sociaux de sexe, de classe et de race. Ainsi, si l’« on gagnerait beaucoup à pouvoir éliminer du vocabulaire de notre pensée morale et politique ce pernicieux mot d’obéissance », comme le préconise Hannah Arendt, c’est parce que le politique est l’affaire de tous.
Le lien vers une interview d’Hourya Bentouhami-Molino : « Les femmes dans les quartiers populaires”
Le lien vers la présentation de la conférence sur le site de Citephilo